Vous êtes ici : > Accueil > Obligation d’emploi des travailleurs handicapés

Obligation d’emploi des travailleurs handicapés

08/06/2018 16:51 par Gérard FUJOL

Une première série de mesures positives, malgré le manque d’études d’impacts La réunion conclusive de la première phase de concertation sur l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés s’est tenue ce matin en présence de Murielle Pénicaud, Ministre du Travail, et Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat aux personnes handicapées. La FNATH qui participait aux concertations et à cette réunion conclusive note un certain nombre de mesures positives dont certaines particulièrement attendues. La situation de l’emploi des travailleurs handicapés se dégrade régulièrement avec une augmentation du nombre de chômeurs handicapés et une hausse des licenciements pour inaptitude. Ainsi, plus de 500 000 travailleurs handicapés sont au chômage et plus de 100 000 personnes sont licenciées pour inaptitude. Ces concertations ont porté sur la réforme de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés, qui ne constitue qu’un des leviers devant permettre de renforcer l’accès et le maintien en emploi. La FNATH milite aussi pour une plus grande prise en compte de la situation particulière des travailleurs handicapés dans la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, notamment concernant l’accès à la formation et à l’apprentissage. Parmi les mesures annoncées ce matin, la FNATH salue un certain nombre d’entre elles: la priorité donnée au milieu ordinaire, le maintien de l’obligation d’emploi à 6%, la fin de l’exonération du ministère de l’éducation nationale de sa contribution au FIPHFP, la limitation à un renouvellement pour l’agrément des accords, le maintien d’une minoration pour les seniors handicapés particulièrement touchés par le chômage, même si d’autres minorations auraient dû être maintenues… La FNATH regrette toutefois, à ce stade, l’absence de communication du chiffrage et d’études d’impact plus précises sur les conséquences de ces mesures concernant notamment les contributions aux deux fonds que sont l’Agefiph et le FIPHFP, qui financent les aides pour les travailleurs handicapés et les entreprises. Par ailleurs, l’absence du ministère des fonctions publiques est inquiétante, alors que les négociations en cours excluent les associations de personnes handicapées. La FNATH se mobilisera dans la suite de ces discussions qui porteront sur l’offre de services de manière générale ainsi que sur les décrets d’application.

Partager

← 48e congrès national de la FNATH - Une priorité améliorer l’indemnisation des victimes du travail Rétablissement des comptes de la Sécurité sociale. Qui a payé la note depuis 10 ans →

Laissez un commentaire

Nom : *
Email : *(N'apparaît pas en ligne.)
Site internet :
Commentaire : *
Code de sécurité : Version audio
Recharger l'image
Vérification : *
Réalisé avec © Franceasso.org